Me voilà, au moment des premiers départs en vacances... J'aime  aussi à vous parler de ce que j'ai lu, ce qui me permet de vous proposer des choses auxquelles vous n'auriez pas forcément pensé. Moi-même, sur un conseil, un tour en librairie, je fais des essais. Avez-vous regardé la 500° de "La grande librairie" ? Eh bien, je suis la lectrice heureuse dont Daniel Pennac parlait dans un Comme un roman, livre que je devrais relire, auquel il a étét fait allusion durant l'émission. Avec "les 10 droits du lecteur". A recopier, ou à photocopier, et afficher. J'ai même fait les miens propres ! Et vous ?

Voici donc une petite sélection parmi mes lectures les plus récentes. En ce moment, je découvre David James Duncan, avec La rivière Pourquoi, qui est très drôle, même si fort axé sur... la pêche à la mouche ! Mais c'est tout à fait lisible même en n'y connaissant rien. Tout est dans la galerie de personnages, la façon de raconter... Si vous préférez la mer (ou le désert), plongez donc dans Les trésors de la mer Rouge de Romain Gary. Insolation garantie ! Pour dégivrer, je vous envoie à Naples avec L'hiver du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni, oui, je sais, je n'ai pas pu m'empêcher de citer un Italien. Ce sont des polars qui se passent à l'époque du fascisme. Vous avez ainsi, par exemple, les quatre saisons, ou encore Les Pâques du commissaire Ricciardi. J'aime beaucoup, et pas seulement parce que ça se passe dans la ville de mes ancêtres... Là aussi, ça se lit très bien, une vraie lecture de plage intelligente ! (j'ai eu une prof de grec qui, elle, nous y recommandait des romans grecs ou latins... mais pourquoi pas). Enfin, vous pouvez faire une promenade de l'empire ottoman au Portugal grâce à José Rodrigues Dos Santos, qui habituellement écrit des thriillers (que je vous recommande aussi, même dans le désordre : comme Codex 632 - le secret dChristophe Colomb, le tout premier que j'ai lu), avec Un millionnaire à Lisbonne, c'est-à-dire Calouste Gulbenkian, devenu Kaloust Sarkisian dans les deux romans que Dos Santos lui a consacré. Je les ai pris dans le désordre, mais ce n'est pas grave : maintenant, j'ai aussi L'homme de Constantinople. Gulbenkian était d'origine arménienne, un mécène qui a légué sa collection d'art à une fondation qui porte son nom, à Lisbonne. Comme son nom l'indique, J. R. Dos Santos est portugais, et c'est leur PPDA à eux !

 

Donc, en même temps que les 10 droits du lecteur, voici ce que vous pouvez afficher sur vos pense-bêtes :

D. J. Duncan, La rivière Pourquoi, éditions M. Toussaint Louverture

R. Gary, Les trésors de la mer Rouge, Folio (2 euros) 

J. R. Dos Santos,  Un millionnaire à Lisbonne, et  L'homme de Constantinople : vous trouverez toutes ses oeuvres chez Pocket

M. De Giovanni, L'hiver du commissaire Ricciardi - Les Pâques du commissaire Ricciardi, éditions Rivages noir

 

et bonnes lectures !

 

Claire M.